Femme au foyer ? le bonheur!!

à 70 ans je découvre l’ordi et grace à cet outil j’essaie d’égrener les souvenirs d’une vie toute simple!

essais N°4 (suite)

Classé dans : famille litterature — 27 juin, 2011 @ 3:40

La première feuille qui me tombe sur la main consiste en quelques lignes .écrites un mâtin de printemps; Je ne saurai dire en quelle année , mais je retrouve intact le sentiment de plénitude qui m’habitait alors :

 » ce début d’avril, la maison dort encore. J’ai toujours apprécié en cet instant où la nature s’éveille, prendre mon petit déjeuner seule.Dans le silence du mâtin ,la maison dort encore. J’ai ouvert la porte vitrée du séjour et le soleil printanier illumine l’air encore frais. Ma chienne est venue se coucher sur la marche de la terrasse, presqu’à mes pieds. La tête sur ses deux pattes de devant, elle me regarde, et ses yeux , je l’imagine me disent bonjour. je peux y lire toute la fidélité et la confiance qu’elle témoigne à notre famille. Pourtant  , je sais que ce même regard est encore plus intense lorsqu’il se pose sur son maître, son dieux , qui partage avec elle de si merveilleuses parties de chasse. Lors de ces instants , plus rien ni personne ne compte .

C’est la saison où les oiseaux nichent. Je les vois entrer et ressortir de la haie du voisin. L’air s’emplit de chants divers et cette agitation est un plaisir pour les yeux. Je ne dirai pourtant pas que c’est un ravissement pour les oreilles. Je sais bien que certains parlent du doux gazouillis des oiseaux , mais ils n’ont sûrement jamais entendu ,seulement deux moineaux , se disputer la brindille ou le vermiceau que chacun voulait ramener à son nid ! Rien d’harmonieux ! Multipliez cela par dix ou quinze , voire plus et cela donne un  sacré  vacarme  ! Souvent les merles noirs sont de la partie , à eux l’avantage de la taille !

Dans quelques minutes les enfants vont s’éveiller pour aller en classe et la maison va s’agiter. J’avale la dernière gorgée de café, puis me lève de ma chaise. Je m sens bien, prête à commencer la journée. Je puise dans ces instants de solitude mâtinale et j’y trouve mille raisons d’être heureuse ! J’ai les plus beaux enfants du monde  et un mari que j’aime !

Oui ! c’est une belle journée qui s’annonce et je me sens débordante d’amour et d’énergie ! Au travail !

ESSAIS N° 3 (suite)

Classé dans : famille litterature — 23 juin, 2011 @ 3:57

Et voilà où j’en suis de mes pensées cet après-midi. Vais retenter l »aventure ? Je crois que  je vais essayer . Après tout je ne cherche pas à écrire un bestseller ! Pour commencer je vais reprendre mes anciens et modestes écrits , recopier et retravailler ces feuillets enfouis dans un tiroir depuis plusieurs années. Ces instants que je viens de passer sur le clavier me sont agréables. J’ai un peu l’impression de laisser mes pensées au fil d’un journal intime et de mettre de l’ordre  dans les souvenirs d’une vie bien remplie , pour mon bonheur ,par un dévouement sans faille au service de ma famille.Que voulez-vous ? J’ai toujours été une de ces indécrotables femmes au foyer , et , chose qui peut sembler inimaginable à notre époque, satisfaite de son sort !

Au seuil de mes soixante dix ans , je peux assurer sans mentir , n’avoir aucun regret et que , veiller au bien être de mon mari et de mes enfants  a suffit à mon  épanouissement. Bien évidemment, les années m’ont  beaucoup appris et donné bien des leçons , mais je ne changerai rien à ma vie passée , même si j’en avais le pouvoir, hormis , bien sûr , le seul évènement tragique que nous ayons vécu et dont je parlerai plus tard.

ESSAIS N°2 (suite)

Classé dans : famille litterature,litterature — 23 juin, 2011 @ 3:35

A son tour , il a rempli beaucoup de pages blanches, a eu la gentillesse de me les confier à lire ,et, au fil de cette lecture retraçant les évènements de sa toute première jeunesse , j’ai compris purquoi j’ai cessé d’écrire sur ma famille, car, bien sûr, comme toute débutante , le principal de mes envolées littéraires concernait ma vie familliale. Voici quelques lignes me concernant extraites de ses écrits ,et qui m’ont donné sujet à réflexion : je le cite :

« l’obligation pour l’auteur qu’elle serait de divulguer les bons moments et les émotions fortes de notre vie ne lui pose aucun problème .Les coups durs du destin, incontournables , peuvent être racontés sans honte de façons à dépeindre les caractères des acteurs de notre histoire, MAIS COMMENT pourrait-elle décrire et détailler son analyse de certaines périodes, récentes ou pas, qui donnent de ses enfants une image peu valorisante? La solution serait de mentir et de dissimuler son sentiment réel. Hors de question ! elle ne saurait pas! » ,

A  cette lecture , j »ai réalisé que ce trouvait là , la raison du blocage que j’éprouvais , m’enpêchant d’écrire sincèrement  et je crains bien que les choses n’aient, hélas pas changé! Dans le gentil : « ce que tu peux être chauvine au sujet de tes enfants et petits enfants » que me lancent souvent mes fils, je dois reconnaître qu’il y a beaucoup de vrai ! Attention ! cela ne veut pas dire que je ne suis pas capable de porter un jugement clairvoyant sur le comportement de ma progéniture, leur assénant parfois,  dans l’intimité ,quelques vérités  peu agréables, mais je ne supporte pas que d’autres  se permettent, en ma présence , la moindre remarque désobligeante les concernant, ou alors il faut vraiment que cela soit dit avec une grande finesse! D »ailleurs, même dans ce cas , je me découvre un réel talent d »avocat. Pour justifier mon opinion favorable , mes explications , parfois pourraient figurer comme un modèle de plaidoirie pour la défense, soit d’un innocent , soit d’un accusé bénéficiant de tellement de circonstances atténuantes , qu’au bout du compte , souvent , la partie adverse abandonnerait la discussion !

C’est pour cela , mon fils l’a compris bien avant moi , que j’ai abandonné l’idée de coucher sur le papier des pensées qui me dérangeaient. Peut-on écrire sans être totalement sincère ? Peut-on dévoiler le comportement parfois décevant de ceux que l’on aime ? Je ne le pense pas , en tout cas pas moi ! Non seulement je ne le pense pas , mais je n’en ai pas envie !

essais d’écriture! N° 1

Classé dans : famille litterature,litterature — 23 juin, 2011 @ 1:47

Voilà maintenant deux mois que je me suis offert un ordinateur.Je me suis décidée un vendredi,et,dans la foulée,le lendemain,je suis partie avec ma belle-fille pour me conseiller ,et nous sommes revenues avec l’outil en question.Apres quelques après-midi de laborieuses leçons délivrées par Muriel,je peux l’utiliser.Cela malgré quelques maladresses,corrigées manu militari par ma patiente professeur qui rapplique illico à mon moindre appel ( et , croyez moi,elle a du mérite puisqu’elle habite à plus de dix kilomètres de chez nous).Tranquillement, elle corrige mes erreurs,remet la machine en état,et repart,me laissant seule, faire mes essais en toute décontraction , juqu’au prochain SOS de ma part.

Actuellement, je me débrouille mieux , bien que je sois très loin d’une experte ! Pourtant cela sufit à mes besoins pour l’instant. Je peux communiquer avec mes enfants, voire petits enfants. A moi les parties de cartes , les envois de messages,vidéos, photos  et d’histoires amusantes ou poêtiques ,tout me distrait et m’intéresse!

Il est évident qu’à mon âge (70 ans ) internet est pour moi  plein de secrets et j’ai de la chance d’être têtue et trés patiente .

Voilà pourquoi,la retraite laissant beaucoup de temps libre , l’idée de reprendre l’écriture  me vient à l’esprit. Voici bien longtemps , j’en avais déjà eu des vélléités et puis les évènements de la vie m’ont montré que je n’en était pas capable, ou que je manquais de sérieux voire de volonté !Alors ,j’ai laissé tomber papiers et stylos  et  rangé mes brouillons dans une chemise oubliée depuis dans un tiroir!

Dernièrement , le second de mes fils a mit la main sur mes modestes essais.Très agreablement intéressé et déçu que je ne continue pas d’écrire, il a pris la relève me volant au passage le titre de ma propre hiostoire : bilan de famille.Je le lui cède de bon coeur!

12345
 

maminaeli |
saidou |
ma première grossesse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lesdupas2
| Henri Limouzin
| Noël Faure